Pièce d'identité du politicien:

Beat Künzli

  • Commune 4712 Laupersdorf
  • Canton Soleure
  • UDC - Union démocratique du centre
  • CandidatureConseil national

L’avortement dans une perspective légale

Faut-il ancrer dans la Constitution la protection des enfants à naître et l’assistance aux futures mères en détresse ?

Les avortements tardifs après la douzième semaine de grossesse doivent-ils être seulement autorisés si la vie de la mère est en danger ?

Préconisez-vous la « solution du délai » en vigueur depuis 2002 (le pouvoir de décider de la vie de son enfant appartient à la mère)

En Amérique, dix États fédéraux ont promulgué des lois dites heartbeat laws destinées à renforcer le droit à la vie de l’enfant à naître ; une interruption de grossesse est seulement autorisée aussi longtemps que le cœur de l’enfant n’a pas encore commencé à battre. Seriez-vous favorable à une modification de la Constitution allant dans ce sens ?

Approuvez-vous la démarche du Conseil fédéral tendant à réparer les lacunes juridiques faisant obstacle aux interruptions de grossesse dues au sexe du fœtus ?

Un établissement hospitalier public doit-il être tenu de pratiquer des interruptions de grossesse ?

Interruptions de grossesse– politique d’information et intégration sociale

Les femmes enceintes sans l’avoir voulu, et ayant finalement décidé de garder l’enfant, devraient-elles bénéficier d’un encadrement, d’une aide ou d’une formation officiels ?

Un avortement doit-il toujours être précédé d’une consultation obligatoire, destinée à encourager les femmes enceintes contre leur gré à chercher une autre issue que l’interruption de grossesse ?

Les programmes d’enseignement devraient-ils accorder une place importante au fait que la vie des enfants à naître est digne de protection et qu’un avortement est nuisible à la santé ?

La Conseil fédéral doit-il lancer une étude approfondie des répercussions d’une interruption de grossesse sur la santé des intéressées et en informer la population, comme l’avait exigé en 2018 une pétition ayant recueilli 25 000 signatures ?

La Confédération doit-elle commander une étude permettant de déterminer quels seraient les moyens les plus efficaces de diminuer le nombre d’avortements ?

Autres considérations en matière d’avortement

La prise en charge d’avortements par l’assurance de base obligatoire (LAMal) doit-elle cesser ?

L’exercice de pressions sur une femme enceinte pour qu’elle se fasse avorter doit-il désormais être puni ?

Une mineure doit-elle obtenir l’autorisation de ses parents ou de son représentant légal pour pouvoir avorter ?

Le droit à la protection des travailleurs des personnes actives dans la sphère de la santé publique se refusant à pratiquer une interruption de grossesse pour des raisons personnelles d’ordre moral doit-il être garanti ?

Les médecins sont légalement tenus de protéger la vie d’un enfant déjà vivant au moment d’un avortement tardif. Mais dans la réalité, cette obligation est ignorée. Trouvez-vous cela juste ?

Procréation médicalement assistée

En Suisse, la recherche scientifique doit-elle se limiter aux cellules souches adultes (non-embryonnaires) ?

En 2015 ont eu lieu des votations portant sur une modification de la Constitution et celle la loi sur la procréation médicalement assistée(LPMA), autorisant la fécondation in vitro et la congélation d’un nombre nettement accru plus élevé d’embryons. Étiez-vous/auriez-vous été en faveur de la modification de la Constitution à cet effet ?

Avez ou auriez-vous voté en faveur de la loi révisée de 2016 sur la procréation médicalement assistée, autorisant la fécondation artificielle et la sélection d’embryons en grande quantité?

100.00 %